Je suis inquiet(e)...

Voici les attitudes et actions positives à adopter pour aider une personne ayant des tendances suicidaires:

  • Prendre la personne au sérieux, en évitant de se moquer d’elle, de moraliser ou de la mettre au défi;
  • Prendre le temps d’ÉCOUTER sa détresse;
  • Lui faire part de nos inquiétudes à son sujet;
  • Vérifier si la personne pense au suicide et, dans l’affirmative; chercher à savoir comment, où et quand elle entend passer à l’acte. Plus le plan est précis, plus il faut être énergique et agir rapidement dans l’aide à apporter;
  • Soutenir la personne dans sa démarche de recherche de solutions tout en respectant nos limites et en évitant de tout faire à sa place;
  • Si vous vous sentez incapable d’agir, assurez-vous qu’une autre personne le fasse;
  • Dans toutes les situations, ne restez pas seul(e) à intervenir.
  • N.B. Garder le secret qui nous a été confié risque de limiter les interventions possibles et de nous faire porter seul la responsabilité du mieux-être de l’autre. Engageons-nous à être discret dans nos démarches pour obtenir de l’aide, car il y va du respect de la personne qui souffre
  • Ne restez pas seul avec le secret.
  • Remettez-lui les coordonnées de la ligne d’intervention en prévention du suicide, accessible 24 heures par jour :

1-866-APPELLE (1-866-277-3553)

  • Encouragez la personne à aller chercher de l'aide auprès d'un organisme ou d'un établissement de son milieu (centre de prévention suicide, CSSS, médecin, etc.).
  • Comme proche, allez chercher de l'aide pour aider l'autre.

Que faut-il éviter ? 

  • Ne moralisez pas ou ne donnez pas vos recettes de bonheur à la personne suicidaire, car chacun a sa façon de vivre et sa conception du bonheur selon son vécu, sa personnalité. Ne lui dites pas de ne plus penser à la mort.
  • Ne faites pas de promesses que vous ne pourrez pas tenir.
  • N'oubliez pas de respecter la personne suicidaire, de vous respecter, de tenir compte de vos possibilités et vos propres limites face à cette dernière et à la situation.
  • Ne minimisez surtout pas la gravité de ses problèmes.
  • Ne restez pas seul dans vos actions, parlez-en avec d'autres afin de bâtir un réseau de prévention. Parlez de ce que vous vivez, de vos émotions. Méfiez-vous du mieux-être soudain alors que rien n'a été modifié. Cela peut représenter un signe avant-coureur d'un geste suicidaire. En cas de doute, parlez-en ouvertement.
©2018 Centre prévention suicide d'Amos • Contactez-nous • Catégories • Plan du site • Propulsé par GNAK.CA
Retour